SECTEUR 4

ENTRESORT LABYRINTHIQUE

pRESENTé pAR LA STATION MAgNéTIQUE RéALISé pAR SARAH gRANdjEAN ET YRAgAëL gERvAIS

28 août > 08 septembre 2019
visible des mercredis aux dimanches de 14h-19h

Secteur 4 est une immersion dans un univers inspiré, pour partie, du post-exotisme d’Antoine Volodine et de Lutz Bassmann réunis : un monde après le monde, où on ne sait plus si l’apocalypse a déjà eu lieu, mais où on soupçonne que le temps a été redéfini et que chaque camarade, irradié ou non, devra faire son auto-critique.
Secteur 4 est un entresort qui propose un parcours labyrinthique jalonné de boîtes à illusions, microcosmes narratifs observables au travers d’un judas. Chaque boîte est mise en action par bouton poussoir et propose une action qui se tisse d’une boîte à l’autre, avec des passerelles et des rebonds, plongeant le spectateur dans un espace flottant où l’absurdité d’un monde qui s’écroule côtoie des teintes d’humour sombres ou curieusement joyeuses. Le lieu même de ce parcours se comporte comme une boîte géante à l’intérieur de laquelle le spectateur, voyeur, est également épié.
Un personnage rode dans les cloisons de ce labyrinthe et veille à contrôler les errances des spectateurs : un comédien manipulateur incarne ce pouvoir invisible, aidé d’un système de tracking lui permettant de connaître très précisément la position de chacun. Il interpelle les spectateurs dans les haut-parleurs, les aide à se perdre via le “Bureau des renseignements”, fait vivre certaines boîtes que l’on croyait automatisées, et sème le trouble sur ce qui relève de la machine ou de l’homme.

   

Une billetterie exige un “test de conformité” pour entrer : les images et sons émis par le spectateur sont alors enregistrés à son insu et, en fin de parcours, projetés sur un masque qui en détourne le sens.
Au détour du labyrinthe le visiteur pourra observer différentes boîtes : Fusible, enfermant son personnage dans une boucle temporelle qui le condamne à gérer des sautes de tension d’une installation électrique vétuste. Le Petit Boudoir, proposant une échappée sensorielle où l’érotisme grandiloquent se dévoile par une levée de rideau. La Conquête Spatiale, s’intéressant aux univers parallèles. Exotismes, où la population sous contrôle vit terrée dans les sous-sols et retient sa respiration à chaque passage des drones de surveillance. Certains individus préfèrent errer dans un immeuble décati obsevable à 360° et dont la porosité des cloisons le rend vulnérable aux Infiltrations. Des loisirs subsistent, rien de tel qu’un Drive In fantôme pour se décontracter devant une série Z dégoulinante d’hémoglobine.
S’il se perd dans le labyrinthe, le visiteur pourra toujours tenter sa chance au Bureau des Renseignements, au risque d’en repartir avec plus de questions qu’à son arrivée.
Mais qu’elle que soit son application à suivre une route, il pourra être rappelé personnellement à l’ordre par l’un des haut-parleurs surplombant la structure...

   

Dès ses prémices, Presse Moi a été pensé comme une immersion narrative, inspirée des boîtes à illusions des fêtes foraines du pré-cinéma. Quelques années ont été nécessaires pour que le projet s’étoffe (première exposition en 2011, créations de nouvelles boîtes en 2012, 2013, 2015 et 2016) et parvienne à engranger la matière suffisante pour rêver ce parcours labyrinthique.
C’est désormais sous la forme d’un entresort autonome, immersion narrative au coeur de la ville, que nous élaborons ce parcours : une tente de 50m2 abrite Secteur 4. Les boîtes sont disséminées dans les recoins d’un labyrinthe que fait vivre un comédien manipulateur, en écho aux enchevêtrements de la narration.
Entresort également autonome en énergie, les boîtes ont été entièrement révisées et fonctionnent à l’énergie solaire.

 


 

 


 

 

 

 

Vous souhaitez être informés ?
inscrivez-vous à notre newsletter par mail
en indiquant "inscription newsletter" dans l'objet

contact@folie-numerique.fr

 

 

La FOLIE NUMERIQUE est ouverte depuis le 12 janvier 2018